Damgan Info numéro 6

vendredi 11 octobre 2013

Voici le bulletin Damgan Info numéro 6 qui a été distribué par nos facteurs dans les boîtes à lettres des Damganais.

P.L.U. : DES OBSERVATIONS MAJEURES SUR LE REGISTRE

Le P.L.U. dont l’enquête publique s’est achevée le 6 septembre 2013, entre dans sa phase définitive. Les études auront été très longues, et très coûteuses. Le bureau d’étude Prigent, retenu en mars 2008, a obtenu deux rallonges financières de 9 089 € et 16 744 € pour remettre le projet en conformité avec la loi et les attentes de la Préfecture.

Cet été, de nombreux Damganais sont allés en mairie écrire sur le registre et rencontrer les commissaires enquêteurs. Outre des observations concernant des intérêts particuliers, beaucoup d’autres portent sur le fond du projet, preuve de l’intérêt des Damganais pour l’avenir de leur commune. Ces observations portent sur l’absence d’un véritable projet, le flou des règles et les intentions non suivies d’effets. De nombreux courriers d’avocats font part également de ces mêmes défauts.

Certains particuliers souhaitent un frein à l’urbanisation, et s’interrogent par exemple sur la possibilité de construire à 1,80 m de la limite séparative, d’autres mettent en avant les promesses non tenues par le Maire. Le diocèse de Vannes, par l’intermédiaire de ses avocats, dénonce les incohérences entre les intentions du P.A.D.D. et son application dans le P.L.U.

Par ailleurs, les campings Grand Air et Clos Nenn, réclament à nouveau une extension de leur activité vers les marais, dans une zone naturelle protégée, malgré des refus réitérés de l’administration et demandent même pouvoir y construire à une hauteur de 7 m.

Damgan Autrement réclame un P.L.U. prenant en compte les nombreuses observations des Damganais, de la Préfecture, de l’Agence Régionale de la Santé, et notamment :

  • La mise en conformité de la prévision de croissance de la population avec le S.C.O.T.
  • Un projet pour réduire la proportion des résidences secondaires : le P.L.U. n’exprime que de vagues intentions.
  • Un projet touristique pour la commune, incluant le camping caravaning,
  • Le respect des règles d’urbanisme en matière d’espaces remarquables et de la bande littorale des 100 mètres.
  • De clarifier les intentions de la Commune dans sa volonté de préserver la coupure verte autour du Loch.
  • De véritables réserves foncières à usage collectif pour préserver l’avenir, et pas seulement pour la création de parkings.

Nous demandons que toutes ces observations, et notamment celles portant sur les incohérences entre les intentions et le projet, soient prises en compte. Nous souhaitons un projet soucieux de l’avenir de la commune et du respect des lois. A défaut Damgan risquerait de se trouver, malgré 5 longues années d’études, avec un P.L.U. à nouveau contestable.


INQUIÉTUDES SUR LA QUALITÉ DE L’EAU A DAMGAN

Interdictions de pêche à pied, déclassement des zones ostréicoles, eaux de baignades aux allures douteuses, pêcheurs sans friture... Les signaux d’alerte sont nombreux !

En France, des analyses de plus en plus poussées permettent de déceler dans l’eau des polluants dont on ne soupçonnait pas l’existence hier encore. On recherche depuis longtemps de manière systématique dans l’eau les bactéries. Depuis peu, la recherche s’intéresse aux traces de médicaments qui ne sont pas filtrés par nos stations d’épuration. On découvre ainsi les conséquences des perturbateurs endocriniens sur la faune. 

A Damgan, comme partout ailleurs, voire plus qu’ailleurs, la qualité de nos eaux doit être irréprochable. Comment faire la promotion d’une station balnéaire dont la qualité de l’eau serait médiocre ? Comment promouvoir la pêche à pied, nos coquillages ? C’est toute l’économie de notre commune qui en dépend.

Pourtant, il existe aussi une logique implacable : plus la population croît, plus la pollution augmente. Souvent accusés, industriels et agriculteurs ne sont pas les seuls responsables ! Leurs activités sont étroitement surveillées, encadrées par des normes toujours plus strictes. En revanche, la concentration de population sur le littoral entraîne des pollutions beaucoup moins contrôlées : fuites sur les réseaux d’assainissement, problèmes de raccordement d’eaux usées ou d’eaux pluviales, utilisation de produits phytosanitaires...

Cela fait des années que ces problèmes sont connus et que nous souhaitons que le débat soit ouvert pour trouver des solutions. Même si les municipalités qui se sont succédées sont responsables de certains choix politiques (augmentation de l’urbanisation, assainissement...) chaque citoyen a aussi ses responsabilités dans la dégradation de la qualité de l’eau (utilisation de produits phytosanitaires, branchement défectueux..). Multiplions les « pollutions accidentelles » par le nombre de communes littorales, ajoutons les pollutions drainées depuis l’amont le long des cours d’eau. Rappelons-nous que toutes ces eaux finissent dans la mer...

Aujourd’hui, une Directive européenne enjoint d’arriver à une bonne qualité de l’eau pour 2015, tant pour les eaux souterraines que pour les eaux superficielles, y compris les eaux côtières. Avons-nous encore le choix ? Il faut agir et vite, et tous ensemble. Notre commune comme d’autres alentours, s’est engagée dans le « zéro pesticide ». C’est une étape, mais elle ne suffira pas car les analyses microbiologiques réalisées par l’IFREMER ne sont pas satisfaisantes. Appelons les choses par leur nom, il s’agit de contaminations fécales. La source de ces contaminations n’est pas toujours facile à trouver et à déterminer (humaine, animale). Cela demandera du temps et ne nous voilons pas la face ... aussi de l’argent. Comment impliquer chacun d’entre nous sans mettre le dossier sur la table pour en discuter ? Le silence qui a pesé sur ce sujet pendant des années n’a manifestement pas permis de régler le problème. Et si on essayait autrement ?


LA SAISON DES MARCHÉS A DAMGAN

L’été 2013 fut très chaud et nos divers marchés, gorgés de couleurs et de saveurs autant que de soleil ont fait le bonheur des très nombreux visiteurs qui les ont fréquentés durant toute la saison. Le marché serait-il un espace vivant particulièrement prisé par toutes les générations ?

Un marché se tient dans le bourg de Damgan tous les samedis matin de l’année. En période estivale, ce marché très achalandé et bien diversifié s’étire le long des rues du centre-ville tous les samedis et mardis matin. Comme l’été dernier, Damgan Evénements a proposé, un marché d’artisanat d’art en nocturne, chaque mercredi soir au centre bourg.

Enfin, le marché de Kervoyal s’est enrichi cette année d’une animation des halles à l’initiative de l’ACAD. L’association damganaise de commerçants et artisans nouvellement créée a fait appel aux talents de Stéphanie Bourne, artiste plasticienne et environnementale. C’est ainsi que les halles de Kervoyal ont pris une allure d’ « épicerie fine » aux accents du terroir. L’ACAD a organisé également la « promenade des Arts » des dimanches après-midi à Pénerf.

En dehors des jours de marché, les halles ont accueilli le Collectif d’artistes Plebe Gabela. Divers ateliers ont été proposés : peinture, dessin, impression sur plexiglas, mosaïque… Il y régnait comme un petit air médiéval, et les deux ânes de Maïté n’ont pas dépareillé. Il nous reste à souhaiter pour l’an prochain qu’un plus grand nombre de personnes vienne à la rencontre de ce petit univers qui l’espace d’un été s’est offert pudiquement à la population.

La vie damganaise de Pénerf à Kervoyal fut riche cet été, entre autres, de tous ces marchés. Il y en a eu pour tous les goûts et pour toutes les générations. On se prend à rêver, en tant qu’habitants à l’année, d’une commune qui saurait ainsi animer ses quartiers et ses marchés « aux quatre saisons » et d’une population soucieuse de soutenir ces initiatives. Il y ferait si bon vivre !



DAMGAN PLUS ENDETTÉE QU’EN 2008

Le Ministère des Finances vient de mettre à jour son site internet sur les finances des communes (http://alize2.finances.gouv.fr/comm...). Nous avons donc souhaité voir l’évolution de la dette de Damgan depuis plusieurs années et la comparer avec les autres communes d’Arc Sud Bretagne.

 

La dette de notre commune était de 3 217 000 euros au 01/01/2008. Cinq ans plus tard au 01/01/2013 elle est de 3 967 000 euros, soit une augmentation de 23 %. Pour la même période les recettes fiscales n’ont augmenté que de 17%. 

Qu’en est-il chez nos voisins d’Arc Sud Bretagne ? Force est de constater qu’en matière de désendettement il y a de bien meilleurs élèves que Damgan : 8 communes sur 12 ont baissé ou stabilisé leur dette depuis 2008 : Muzillac, Ambon, Arzal, Billiers, Le Guerno, Marzan, Nivillac et St-Dolay. Deux autres, Noyal Muzillac et Péaule voient leur dette augmenter, mais moins que Damgan. Et une seule commune, La Roche-Bernard l’augmente dans des proportions plus importantes.

Pourtant malgré cet accroissement de la dette, notre commune manque toujours d’une salle culturelle, d’une maison des associations. Et il aura fallu attendre 2012 pour que le pôle enfance soit enfin lancé. Ce retard en équipement est d’autant plus dommageable que les financements à venir de l’Etat, de la Région, du Département seront plus restreints dans les années à venir.

Nous ne n ous réjouissons pas de cette situation. Elle est sans doute dûe à de mauvais choix durant les deux derniers mandats municipaux, notamment en matière d’urbanisme, et à un manque d’anticipation.

Mais nous pensons qu’il est de notre devoir d’informer les Damganais. Nous continuerons à le faire sereinement dans les mois à venir.








POUR VOTER EN 2014 aux élections municipales et européennes, il faudra être inscrit sur la liste électorale avant le 31 décembre 2013.

Conditions à remplir pour pouvoir s’inscrire sur la liste électorale d’une commune :

 - soit y résider de manière effective depuis au moins 6 mois,

 - soit y payer des impôts locaux depuis au moins 5 ans.

Comment s’inscrire :

 - soit se rendre en mairie avec les pièces demandées (une photocopie de la carte d’identité, ainsi que les justificatifs de domicile ou d’imposition).

 - soit demander le formulaire par téléphone à la mairie et envoyer le dossier (formulaire et pièces exigées) par courrier simple. La Mairie renverra une attestation d’inscription. Le formulaire est également téléchargeable sur internet.

Le PLU remis en cause par l’Association diocésaine : L’Association diocésaine propriétaire de plusieurs terrains sur la commune a jugé nécessaire de confier ses intérêts à un cabinet d’avocats de Vannes pour la représenter dans le cadre du PLU. Dans le courrier figurant au dossier de l’enquête publique, l’Association diocésaine juge le PLU « contestable ». Pour défendre cette position, son

avocat s’appuie sur des arguments que nos lecteurs attentifs pourront retrouver dans notre bulletin « Damgan.info n° 5 ». Parmi les arguments cités :

« La population de la commune de Damgan n’a pas été associée à l’élaboration du projet d’aménagement et de développement durable (PADD).

L’augmentation de la population de la commune de DAMGAN, telle qu’elle est prévue, n’est pas en adéquation avec les projections du SCOT (Schéma de cohérence territoriale) de la communauté de communes.

Cela ne suffit pas à constituer un projet de développement en tout état de cause, le seul projet clairement affiché dans le PADD, étant la croissance de la population.

Nous sommes en réalité en présence d’un projet qui n’a pas de vraie consistance et qui est sujet à interprétation … ».

VIGILANCE : Le site de l’ancien presbytère rue de Kerifeu est désormais inoccupé. Bien qu’amputé d’une parcelle cédée par la commune à un particulier, sa situation en centre bourg risque d’attirer la convoitise des professionnels de l’immobilier. Restons donc très attentifs : alors que nous manquons de réserves foncières, ce terrain doit rester dans le patrimoine communal !

ATTENTION ÉCOLE ! Ce que nous craignions depuis des années est arrivé : l’école publique Henri Matisse a perdu un demi-poste d’enseignant à la rentrée. Ses effectifs sont en baisse de 30 % depuis 2010. Il est vraiment regrettable que la Municipalité n’ait pas pris ce problème à bras le corps depuis des années en favorisant l’accueil de jeunes ménages avec des enfants. Nos voisins d’Ambon et de Muzillac ont su le faire et leurs effectifs scolaires sont en hausse.

TÉLÉTHON : Notre association organisera une vente de plantes, de boutures, de graines dans le cadre du Téléthon en novembre 2013. Nous lançons donc un appel aux jardiniers bénévoles pour qu’ils préparent leurs plantations et boutures. Contact : 02 97 48 10 88.

Pour télécharger la version pdf de ce bulletin :

PDF - 3 Mo
Damgan Info 6

Commentaires

Météo

Damgan, 56, France

Conditions météo à 18h30
par weather.com®

17°C


  • Vent : 16 km/h - ouest
  • Pression : 1022.4 mbar
Prévisions >>

Prévisions du 19 septembre
par weather.com®

Max
Min


  • Vent
  • Risque de précip.
<< Conditions  |  Prévisions >>

Prévisions du 20 septembre
par weather.com®

Max
Min


  • Vent
  • Risque de précip.
<<  Prévisions  >>

Prévisions du 21 septembre
par weather.com®

Max
Min


  • Vent
  • Risque de précip.
<<  Prévisions  >>

Prévisions du 22 septembre
par weather.com®

Max
Min


  • Vent
  • Risque de précip.
<<  Prévisions  >>

Prévisions du 23 septembre
par weather.com®

Max
Min


  • Vent
  • Risque de précip.
<< Prévisions