Quel avenir pour Damgan : Compte rendu de la réunion publique du 5 novembre

samedi 12 novembre 2011

Il y avait la foule des grands jours, 125 personnes, samedi 5 novembre à la salle des Corsaires pour assister à la réunion publique de Damgan Autrement. Très vite la salle a été pleine à craquer, ainsi que le parking extérieur.

En introduction, Jean Marie Labesse, le président de Damgan Autrement a rappelé les raisons de cette réunion : à mi-mandat, nous avions constaté que malgré l’extension de l’École Henri Matisse, la commune restait largement sous équipée, notamment en matière de « salle polyvalente ».

Désireuse de faire avancer ce dossier, notre association a créé au printemps dernier une commission de travail sur ce sujet. Après plusieurs réunions, visites dans d’autres communes, élaboration d’un questionnaire et concertation avec les associations locales, il est apparu que la priorité devait être portée d’une part sur l’ enfance avec un restaurant scolaire et un centre de loisirs, et d’autre part sur une maison des associations. Ce dernier équipement permettrait enfin aux 35 associations locales d’utiliser des locaux adaptés. Quant à l’équipement le plus coûteux, la salle polyvalente aménagée en salle de spectacle, elle pourrait être différée. « Notre travail aura été utile puisque la mairie a décidé, et même avec une certaine urgence, de s’atteler enfin à la construction de ce pôle enfance. »

JPEG - 113.2 ko
Un public attentif et exigeant

A propos de l’Office de Tourisme de Damgan, il rappelle que le dossier est relancé, que nous avions dénoncé des irrégularités de procédure, et que « notre action a permis de faire économiser 450 000 euros aux contribuables de la Communauté de communes. »

Il aborde ensuite l’élaboration du Plan Local d’Urbanisme (PLU) qui tarde à venir. Avec le Plan d’Occupation des sols (POS) de 1984 toujours en vigueur, « on voit de plus en plus des maisons individuelles achetées et démolies pour être remplacées par des résidences de tourisme comme rue du Dendec ou à Kervoyal. » Nous souhaitons quant à nous que l’urbanisation soit plus harmonieuse, économe en espace et favorise l’installation de jeunes ménages.

Les premières questions portent sur le restaurant scolaire, la baisse des effectifs à l’école. Marc Lamour, conseiller municipal répond que le restaurant scolaire et le centre de loisirs (actuellement à la Rotonde) ne sont plus aux normes depuis de nombreuses années et que ces deux activités doivent désormais fonctionner dans des locaux spécifiques. Il explique que le Centre de Loisirs « fonctionne dans des locaux spartiates, la cour est une mare quand il pleut et un nid à poussières quand il fait chaud. Il fallait enfin en faire une priorité. Et comme le presbytère va se libérer, nous avions proposé d’étudier la possibilité d’y installer le Centre de Loisirs et le restaurant scolaire, ce qui n’a pas été retenu par le Maire. Nous avons également demandé que tous les usagers et professionnels soient associés à la préparation de ce dossier dès maintenant. »

Marc Lamour précise que sur la demande de subvention au Conseil Général, ce pôle enfance a été situé au Champ Creiss à côté de l’espace jeunes. « Si l’équipe municipale avait anticipé sur ce dossier, on aurait pu choisir le meilleur terrain avec sérénité. »

A un participant qui s’inquiétait de l’avenir de l’école privée, il est rappelé que nous sommes bien sûr favorables à la coexistence des deux écoles à Damgan et que la loi prévoit que les communes doivent financer de la même façon l’école primaire publique et privée sous contrat. Il y a 30 enfants inscrits à l’école privée et 65 à l’école publique. Nous sommes très inquiets de la baisse de 15 élèves cette année à l’école publique.

Une participante demande si les jeunes qui voudraient s’installer à Damgan pourront y trouver du travail. Il est répondu que les pôles d’emploi de Vannes et celui de Muzillac peuvent accueillir des jeunes qui habitent Damgan. Ambon et Muzillac ont réussi à installer des jeunes primo accédants. Damgan, avec son cadre de vie exceptionnel en bord de mer pourrait en faire autant, à condition d’en avoir la volonté et de s’en donner les moyens.

Pour l’emploi à Damgan, nous avons proposé dès 2008 la construction d’une maison de retraite.

Une personne demande si les personnes âgées « ne sont pas intéressantes. » Il est répondu que le nombre de retraités a doublé à Damgan en 30 ans et que nous souhaitons une réelle mixité des générations, pour le bien vivre de tous.

A propos de la zone de la Lande, un intervenant s’étonne que des hangars destinés à l’activité artisanale soient transformés en plusieurs logements. Il est répondu que les artisans ont le droit d’y installer leur propre logement. Il est également dommage d’y voir beaucoup de boxes de stockage qui ne créent pas d’emploi.

Les finances communales font également l’objet d’une question. Actuellement la plupart des investissements sont gelés à cause de la non revente de la Villa Ste Anne. Pascal Lamy indique que les bases d’imposition ont beaucoup augmenté ces dernières années grâce à l’urbanisation croissante de la commune. « Il faut sortir de cette logique qui pousse à consommer toujours plus d’espace et qui ne favorise que les résidences secondaires. Pour les générations futures, nous souhaitons que la commune ait une vision d’avenir, qu’elle favorise des petits collectifs, qu’elle consomme moins de terrains, et qu’elle densifie l’existant. La commune s’est construite de façon anarchique et sans unité ; notre mission à tous est de donner une âme à tout cela. Il est temps d’inverser la tendance pour protéger ce territoire fragile. »

Une autre intervenante indique que la commune devrait conserver ses réserves foncières existantes plutôt que de les céder systématiquement à des promoteurs privés.

L’Établissement Foncier Régional pourrait être sollicité. L’exemple de l’île d’Arz qui aide à la réinstallation de jeunes agriculteurs est cité.

Un autre habitant indique que la commune devrait donner l’exemple et construire des logements pour les jeunes sur ses propres terrains.

L’association présente un plan de faisabilité du pôle enfance sur le site de l’ancien presbytère :

JPEG - 104.7 ko
Plan de l’ancien presbytère

Jean Marie Labesse précise qu’ « il faudrait penser à un aménagement global du centre bourg plutôt que d’agir au coup par coup ».

JPEG - 261.5 ko
Le bourg et les bâtiments communaux

L’état d’avancement du PLU est ensuite abordé. Le PLU a été initié en 2008 et depuis 4 ans, rien n’a encore été finalisé, ni le projet de Plan d’aménagement et de développement durable ( PADD) aux contours actuels très flous, ni la carte des zones humides.

Malgré le Plan de prévention des risques de submersion marine ( PPR-SM), on aurait pu avancer davantage, comme l’ont fait d’autres communes proches. Le PADD sera examiné par le Conseil municipal en décembre 2011 pour aboutir en août 2012 à l’enquête publique finale.

A une question sur la future zone d’aménagement concertée (ZAC), il est répondu que le PLU reflète la politique municipale en matière d’urbanisme pour les années à venir. Si la volonté municipale de favoriser l’installation de jeunes familles est réelle et va au-delà d’une simple annonce, des règles précises devront être inscrites au PLU.

Selon Marc Lamour « avec l’équipe de M. Daniel, nous ne sommes pas sur la même longueur d’onde à propos de la future ZAC. Notre préférence va à une gestion publique de la ZAC avec l’aide d’une société d’économie mixte (SEM) alors que le Maire penche plutôt pour une gestion par des promoteurs privés. »

A propos de la station d’épuration, Véronique Kedzierski répond « que nous avons depuis longtemps dénoncé les dysfonctionnements, les fuites, les débordements en été, et que l’assainissement était un réel problème, comme dans beaucoup de communes. Au moment où la commune va renouveler le contrat pour dix ans, le moment est venu d’établir un véritable diagnostic du réseau. Il aurait surtout été préférable de dresser un bilan complet avant de choisir le mode de gestion. »

Des participants font part de leurs inquiétudes sur les conditions d’épandage des boues provenant du Loch, et sur le manque de contrôle systématique du raccordement d’une maison neuve au réseau d’assainissement.

La Communauté de communes est également abordée. Ses compétences concernent notamment la gestion des déchets, l’aménagement des zones commerciales et d’activité, le tourisme, la voirie. Pascal Lamy indique que les élus communautaires qui seront élus au suffrage universel en 2014 devraient davantage se poser des questions d’intérêt collectif, au niveau du territoire alors qu’ils ont trop tendance à raisonner uniquement en fonction de leur seule commune. La création d’un groupe de travail au sein de l’association sur ce sujet ainsi que sur le PLU est annoncé.

Concernant l’Office du Tourisme à Damgan, il est précisé que la Communauté de communes financerait 90 % du nouveau projet. Et qu’il sera installé dans l’ancien presbytère pendant les travaux.

La réunion ne pouvait pas se terminer sans une question sur la Villa Ste Anne. Suite à l’échec du premier projet, le Maire a réuni tous les élus. Nos conseillers ont proposé un projet ( voir article) et une méthode basée sur la rédaction d’un cahier des charges, la mise en concurrence des professionnels et la transparence.

Pour le moment M. le Maire continue d’agir en solitaire. Nos conseillers ont à plusieurs reprises demandé mais en vain si un cahier des charges avait été élaboré. Ce qui est sûr, c’est que le projet devra être global et intégrer la voirie, les parkings et l’aire de jeux. Nous attendons…Une personne demande que l’Association élabore ce cahier des des charges puisqu’elle en a les compétences. 

Il aura été également question de campings cars et de leur accueil sur le territoire de la communauté de Communes. Un connaisseur indique « Au Crouesty, c’est bien aménagé, on paye (les services) avec sa carte bancaire à l’arrivée. »

On a pu également noter l’approbation du public quand il a été question de l’absence de démocratie locale à Damgan [1].

En conclusion Jean Marie Labesse remercie le public pour son écoute et sa participation active. Il invite les participants à nous soutenir, à consulter le site internet, à s’y exprimer.

Il rappelle enfin la réunion publique sur la redevance incitative organisée par la Communauté de communes à Damgan le samedi 25 novembre à 19 heures en Mairie.


PS : lire ici les articles de Ouest France et du Télégramme sur cette réunion.


[1voir l’article Démocratie à Damgan


Commentaires

Météo

Damgan, 56, France

Conditions météo à 21h00
par weather.com®

12°C


  • Vent : 4 km/h - sud-est
  • Pression : 1019.6 mbar
Prévisions >>

Prévisions du 14 novembre
par weather.com®

Max
Min


  • Vent
  • Risque de précip.
<< Conditions  |  Prévisions >>

Prévisions du 15 novembre
par weather.com®

Max
Min


  • Vent
  • Risque de précip.
<<  Prévisions  >>

Prévisions du 16 novembre
par weather.com®

Max
Min


  • Vent
  • Risque de précip.
<<  Prévisions  >>

Prévisions du 17 novembre
par weather.com®

Max
Min


  • Vent
  • Risque de précip.
<<  Prévisions  >>

Prévisions du 18 novembre
par weather.com®

Max
Min


  • Vent
  • Risque de précip.
<< Prévisions