Recréer un projet de vie pour le littoral

lundi 17 novembre 2014
par  Pierre Bleiberg

Une centaine de personnes ont assisté samedi dernier à la conférence-débat organisée par notre association sur le thème : « Vivre sur le littoral : quelle relation homme milieu » avec Yves Lebahy, agrégé de géographie, universitaire, et animateur de l’association Géographes de Bretagne.

Dans son exposé, le géographe a rappelé que la forte pression démographique que subit le littoral du sud Morbihan s’est accélérée depuis les années 90 avec l’arrivée des lignes à grande vitesse. Les conséquences en sont bien connues : spéculation foncière, éviction des population les plus modestes, déclin des activités de pêche, de l’ostréiculture et de l’agriculture.

La mer est devenue un enjeu économique majeur avec les projets d’éolien offshore, d’extraction de matières premières qui sont l’objet d’une concurrence effrénée ayant tendance également à évincer les populations des zones littorales. 

 

Tout cela pose selon Yves Lebahy la nécessité de recréer un projet de société, un projet de vie pour le littoral. Comment allons nous agir face à ce milieu en évolution ? Pour recréer un équilibre, il convient de se doter de règles, d’éthique, d’une approche globale qui ne peut être conduite qu’à un niveau local. Le géographe indique l’utilité de croiser les regards entre spécialistes et ceux des gens de terrain.

 

Puis il aborde les questions climatiques : depuis quelques années, les tempêtes sont plus nombreuses, plus rapprochées, les températures augmentent. Et surtout nous subissons une élévation du niveau marin plus rapide et plus importante que ne le prévoyaient les prévisions des experts du climat (GIEC). Il évoque la fonte du Groenland et maintenant celle de l’Antarctique.

 

Nous allons connaître d’ici 50 ans des mutations importantes auxquelles nous ne sommes pas préparés. Pourra-ton continuer à vivre encore longtemps comme nous le faisons aujourd’hui sur le littoral ? Selon Yves Lebahy, il n’y pas de réponse technique unique à ce problème, il convient d’anticiper les abandons d’espaces et de réguler les apports de population. Mais à cause d’une différence de culture, la France est très en deçà de ce qui se prépare déjà en Hollande.

Les Plans de prévention des Risques Littoraux comme celui en préparation à Damgan ont le mérite de poser enfin la question. Notre commune est très touchée par ce phénomène de submersion marine du fait de sa très basse altitude. Dans le passé, des erreurs ont été commises notamment par les constructions et l’urbanisation sur les cordons dunaires.

 

Autre sujet abordé, celui de la qualité de l’eau qui se dégrade notamment en rivière de Penerf, et sur tout le littoral sud morbihannais. Le géographe rappelle que l’envasement de notre secteur est dû au barrage d’Arzal qui empêche les émissions de la Loire de partir vers le large. Selon sa formule, dans notre région la mer est quasiment morte.

 

Pourtant pour l’avenir des activités humaines aussi indispensables que la pêche et l’ostréiculture, il convient de maintenir le milieu en bon état. Jusqu’où un territoire a-t-il la possibilité de porter une population ? Quand nous dépassons les 500 habitants au km2, la société se met en péril.

 

M. Lebahy dans la fin de son exposé aborde la question de la pêche. Il rappelle que 60 % des protéines animales consommées proviennent de la mer. Il s’inquiète de voir que les goémons disparaissent des estrans, ce qui menace la survie des espèces qui vivent dans ce milieu.

 

L’agriculture et la pêche en mer sont portant deux activités indispensables pour le littoral et ses habitants. Ses activités génèrent des emplois. Elles font aussi l’originalité de notre territoire et participent à sa mise en valeur. Elles permettent une mixité sociale et générationnelle et sont le meilleur rempart contre l’urbanisation.

 

Le public a ensuite été invité à poser des questions. Quel type d’agriculture a sa place dans une commune comme Damgan, comment maîtriser le foncier, les conséquences de l’élévation du niveau des mers, la navigation de loisirs, les excès de prélèvements de la pêche à pied notamment pendant les grandes marées, le bien fondé des enquêtes publiques sur les PPRL, le projet des bouchots ont été abordés.

 

A une dernière question « N’est-il pas trop tard pour agir ? » Yves Lebahy a conclu sur une note optimiste en rappelant que l’homme a une capacité d’adaptation formidable et a rappelé qu’anticiper est plus responsable et moins coûteux que réparer.

 

La discussion a ensuite continué autour du traditionnel verre de l’amitié.
 


 

 

 


Commentaires

Météo

Damgan, 56, France

Conditions météo à 21h30
par weather.com®

18°C


  • Vent : 12 km/h - nord nord-ouest
  • Pression : 998.7 mbar
Prévisions >>
Le service weather.com® ne fournit actuellement aucune prévision météorologique sur le lieu FRXX5046.
Veuillez vérifier le nom du lieu ou la disponibilité du service.