Un débat sérieux et constructif avec 100 personnes

mardi 16 novembre 2010

Malgré le mauvais temps, près d’une centaine de personnes ont assisté samedi 13 novembre à la réunion publique organisée par notre Association sur le thème « Pourquoi une opposition municipale » avec les trois conseillers municipaux et Jean-Marie Labesse, Président de notre Association.

La première partie a permis aux trois élus d’expliquer leur travail de conseillers, leurs difficultés et leurs propositions.

Bien sûr, il a été d’abord question de la gouvernance de M. Daniel. Pascal Lamy a résumé sa méthode : « un mode de fonctionnement solitaire, avec un homme qui prépare les dossiers tout seul et un conseil municipal réduit à une chambre d’enregistrement ».

Les trois élus ont apporté de nombreux exemples de ce dysfonctionnement :

  • les horaires des Commissions qui fonctionnent sont limités aux seuls jours de présence du maire à Damgan,
  • certaines Commissions ne se sont presque jamais réunies, ou sont complètement verrouillées par le Maire.
  • Nos trois élus sont écartés du groupe de pilotage sur le projet de salle polyvalente.
  • Le Maire leur a refusé de s’exprimer dans le Bulletin Municipal, contrairement à ce qui se pratique dans de nombreuses communes.
  • La population n’est pas consultée en amont sur les grands projets qu’il s’agisse du PLU, de la salle polyvalente.

C’est pourquoi nos trois élus préconisent une autre méthode de travail qui favorise le travail d’équipe, l’utilisation des compétences des Damganais et des associations. Avec nos moyens limités de trois élus sur quinze, nous agissons en opposition constructive.

Le second dossier abordé a été celui du Plan Local d’urbanisme (PLU). Le diagnostic en matière d’urbanisme est connu : 45 % du territoire est déjà urbanisé, avec un record de 81,3 % de résidences secondaires (Source recensement INSEE 2007), et un vieillissement de la population. Pourtant Damgan est un véritable écrin qui se déploie entre la mer et le marais. Rémy Delattre a ajouté que le PLU pouvait être une chance pour l’avenir de Damgan, pour rajeunir sa population et que « l’intérêt général ne se résumait pas à la somme des intérêts particuliers ».

Il reste 150 hectares de terres agricoles qu’il serait souhaitable de conserver. Dans ces conditions, doit-on poursuivre l’extension de l’urbanisation ? Doit-on rester bloqué sur une progression annuelle de 2 % de la population ? Les trois élus ont marqué leur volonté d’être plus économes sur les terrains à urbaniser et de chercher plutôt à densifier l’existant, comme nous y incite la loi SRU.

Ils ont souligné l’intérêt de créer une ZAC (Zone d’aménagement concertée) qui favoriserait la mixité sociale, l’installation de jeunes ménages, et permettrait également la création d’une maison de retraite, elle-même créatrice d’emplois permanents.

Ils ont également rappelé que le PLU devra être en adéquation avec le SCOTT du pays de Muzillac et de la Roche Bernard.

A propos des zones humides, Marc Lamour indique que le dossier bloque car le Maire essaie d’infléchir la position des services de l’ État sur leur périmètre.

« On a peu avancé depuis deux ans » Alors que le projet devrait être partagé avec la population et ses associations, comme cela se fait dans de nombreuses communes voisines, il n’y pas de communication de la part du Maire depuis la réunion publique de 2009.

Il a été également rappelé que la Loi Littoral était un atout pour Damgan, et non pas une contrainte.

Le troisième sujet abordé a été celui de la salle polyvalente. Pascal Lamy rappelle la volonté de la Mairie d’achat du terrain de l’Abri et nos réticences sur les conditions de cet achat.

En effet, le terrain semble trop petit pour y accueillir toutes les activités prévues, ainsi que les places de parkings obligatoires ; il est inondable ce qui occasionnera sûrement un surcoût de construction.

Marc Lamour rappelle qu’il était favorable avec ses collègues de Damgan Autrement à une salle polyvalente qui inclurait la bibliothèque et qu’il a proposé parallèlement la création d’un pôle enfance-jeunesse au Champ Creiss pour résoudre les problèmes urgents liés à la vétusté des locaux de la Rotonde.

Sur ce dossier également, la concertation est au point mort. Contrairement aux annonces du Maire, nous sommes écartés de la préparation de cet équipement important. Nous attendons les conclusions de la mission confiée à EADM.

A propos du nouvel Office du Tourisme, les trois élus ont rappelé leur accord pour la construction d’un nouveau bâtiment. Mais encore une fois, la méthode utilisée n’est pas la bonne. La preuve en est que le projet retenu, celui de l’architecte de la Villa Sainte Anne est le plus cher, aussi cher que l’Office de Tourisme de Vannes.

Le sujet de la Villa Sainte Anne est ensuite abordé. Il est rappelé photo à l’appui :

  • que le projet retenu par le Maire modifierait profondément le front de mer à Damgan.
  • que la préservation de la Villa n’est qu’un prétexte à une vaste opération immobilière,
  • que le Maire a cédé gratuitement au promoteur d’importants droits à construire sur le terrain de jeux attenant,
  • et qu’il n’a pas apporté de réponses sur la fiabilité financière du promoteur désigné.

Mais rien n’est encore joué : le permis de construire est en cours d’instruction, et ce dossier doit encore passer en commission départementale des Sites (CDS).

Il est également rappelé que les lacunes de ce dossier sont liées au mode de fonctionnement solitaire du Maire.

A propos du Parc Naturel Régional (PNR) en préparation, Pascal Lamy indique que le Conseil Municipal devra se prononcer dans les 4 mois à venir. Nos trois élus et notre association se sont montrés favorables à ce Parc valorisant pour Damgan en organisant un débat public à ce sujet.

Après cet exposé liminaire, les participants ont posé de nombreuses questions :

La première concerne le PLU : « si le PLU tarde à être voté, où seront logés les jeunes de Damgan ? Marc Lamour répond qu’ il reste encore des terrains constructibles et que la ZAC permettrait à la commune de maitriser les surfaces foncières.

Une personne ajoute que la rue des Écoles devrait être sécurisée au niveau de l’ École Henri Matisse. Réponse : c’est vrai que cette rue est dangereuse et qu’il faudra résoudre ce problème.

Question sur le PNR : connait-t-on la position du Maire ? Réponse, non on ne la connaît pas. On sait que le maire-adjoint qui représente la Commune aux réunions du SIAGM a toujours voté favorablement.

Rémy Delattre rappelle qu’une partie des maires dont celui de Vannes freinent au sujet du PNR car ils ont peur d’être bridés, notamment en matière d’urbanisme.

Questions sur le port de Pénerf : quels sont les projets en cours ? Réponse : le Maire cherche un terrain pour un port à sec, avec une cale d’accès. Mais ce n’est pas fait.

Autre question sur le port : est-il vrai que des travaux d’aménagement du port permettraient de déclarer des terrains d’activité portuaire dans la bande des 100 m ? Réponse : nous ne sommes pas au courant, mais nous allons questionner la Mairie.

Question sur le Lenn : le chemin piétonnier a reculé de 15 m. On ne peut plus passer. Réponse : il faudra une réflexion au niveau de la commune pour protéger ces espaces. C’est vrai que le niveau de la mer augmente aujourd’hui de 3 mm par an contre 1,5 mm en 1986. Les enrochements ne sont pas forcément la solution car ils posent d’autres problèmes, celui du transit sédimentaire. A Damgan, les Stabiplage ont fonctionné mais sans plus.

Un participant revient sur la Villa Sainte Anne et indique que la photo du projet lui paraissait effrayante. Un autre insiste sur le fait qu’un troisième bâtiment donnant sur impasse des Sports n’est pas visible sur la photo mais est bien prévu sur les plans.

Réponse : ce dossier qui était présenté comme très urgent en juin ne l’est visiblement plus . On ne connaît pas la date de passage en CDS, retardée suite à un recours déposé au Tribunal Administratif.

Il est rappelé que ce dossier méritait selon nous, une préparation d’un projet en amont, un appel d’offres, et la concertation avec les professionnels et riverains.

Si le public a pu s’exprimer au Conseil Municipal de juin sur ce dossier, c’est grâce à nos trois élus qui en avaient fait la demande.

Interrogés sur notre « Plan B » quant à la Villa Sainte Anne, les trois élus redisent qu’ils sont favorables à un véritable hôtel avec restaurant dans la Villa rénovée. Cet hôtel, avec un restaurant, pour être viable devra comporter plus de 10 chambres et sera le cœur du projet. Il peut être complété par des salles de séminaires pour professionnels dont le manque est criant dans la région. Cette activité de séminaires a l’avantage de faire vivre la commune douze mois sur douze, beaucoup plus que des résidences de tourisme.

Une autre personne propose de solliciter les associations de défense de l’environnement et demande « si l’Association a fait connaître sa position à la Commission des Sites et si on peut faire une pétition pour appuyer cette démarche ».

Marie-Roberte Perron, (Présidente de l’Association Les Amis de Keroyal) répond qu’elle siège en tant que suppléante à cette Commission.

Sur la salle polyvalente, les élus précisent que la Mairie prévoit actuellement d’y faire une salle de spectacles de 600 m2, une salle modulable de 300 m2, la cantine et le centre de loisirs, des salles de réunions pour associations.

Il est rappelé que la bibliothèque ne sera bientôt plus aux normes d’accessibilité au public et que cet équipement pourrait être accueilli dans le complexe.

Encore une fois, il est question de méthode : le Conseil Municipal délibère sur l’achat du terrain, réfléchit ensuite, quitte à s’apercevoir qu’il est mal adapté aux besoins. La bonne méthode consisterait à définir d’abord les besoins, à les chiffrer en terme de surfaces et à s’interroger ensuite sur la meilleure implantation de cet équipement.

A une question sur la zone artisanale, il est rappelé que les 4 ou 5 lots encore disponibles seront commercialisés par la Communauté de Communes et que cette zone a besoin d’ une signalétique adaptée.

Interrogés sur le terrain Le Masson à Pénerf, acquis par la Mairie pour 700 000 €, il est répondu qu’à notre connaissance, il n’y a pas de projet précis.

Sur l’Office du Tourisme, Il est répondu que les logements prévus seront financés par la Commune et serviront à loger des saisonniers.

A propos de la vétusté des bâtiments communaux, il est répondu que le problème le plus urgent à résoudre était celui de la Rotonde.

Dans une ambiance constructive, les trois élus et le Président de Damgan Autrement ont apporté pendant deux heures les réponses et leurs projets, face à toutes ces préoccupations. Puis, en cette « journée de la gentillesse », la réunion s’est terminée autour du pot l’amitié.

PS : A lire égalementl’article de Ouest France sur cette réunion :

JPEG - 1.1 Mo
Article de Ouest France du 16/11/2010. Cliquer dessus pour agrandir

Commentaires

Logo de Yann leblevec
Un débat sérieux et constructif avec 100 personnes
jeudi 18 novembre 2010 à 12h35 - par  Yann leblevec

Votre proposition d’un VRAI hôtel ( au lieu de 10 chambres) accompagnée d’un établissement pour séminaires, aurait l’avantage de redorer l’image de notre station balnéaire, qui pour une fois ne se laisserait pas se dévorer par encore 85 appartements en résidences secondaires... et dont visiblement les damgannais ne veulent plus. En ce qui concerne une pétition, les boulistes n’ont ils pas fait une pétition contre ce projet ?

Logo de Marie Ange SALOU
Un débat sérieux et constructif avec 100 personnes
mercredi 17 novembre 2010 à 10h04 - par  Marie Ange SALOU

Merci pour ce compte-rendu fidèle et très clair . Je vais le partager avec plusieurs couples qui s’intéressent à votre —notre !- action mais qui n’avaient pu être présents à la réunion du 13/11/2010. Bien cordialement. Marie Ange SALOU

Météo

Damgan, 56, France

Conditions météo à 19h30
par weather.com®

20°C


  • Vent : 25 km/h - sud-ouest
  • Pression : 1013.6 mbar
Prévisions >>

Prévisions du 20 septembre
par weather.com®

Max
Min


  • Vent
  • Risque de précip.
<< Conditions  |  Prévisions >>

Prévisions du 21 septembre
par weather.com®

Max
Min


  • Vent
  • Risque de précip.
<<  Prévisions  >>

Prévisions du 22 septembre
par weather.com®

Max
Min


  • Vent
  • Risque de précip.
<<  Prévisions  >>

Prévisions du 23 septembre
par weather.com®

Max
Min


  • Vent
  • Risque de précip.
<<  Prévisions  >>

Prévisions du 24 septembre
par weather.com®

Max
Min


  • Vent
  • Risque de précip.
<< Prévisions